Volontariat au Népal.

Le volontariat, rémunéré ou non, n’est pas autorisé pour les détenteurs de visas touristiques. Il est, par ailleurs, très difficile d’obtenir un visa permettant un volontariat légal. Il est donc impossible pour des personnes venant en touristes au Népal de consacrer quelques jours ou semaines à cette activité. Les visas non touristiques (voir : les visas pour se rendre au Népal) nécessitent des démarches longues, difficiles et aléatoires, impossibles à entreprendre sans l’appui actif d’un partenaire népalais disposé à y passer du temps.

Par ailleurs, force est de constater que, dans un pays comme le Népal, la bonne volonté ne suffit pas. L’absence de langue commune (l’anglais est très peu parlé), les différences de culture et de niveau de vie, l’absence d’appétence des ONG népalaises pour accueillir des volontaires étrangers difficiles à gérer pour elles, et le prix très bas de main d’œuvre non spécialisée se conjuguent pour faire d’un volontariat mal préparé une expérience décevante et inutile.

Pour une contribution véritablement utile, il est nécessaire de posséder un savoir-faire recherché et d’identifier un partenaire local.

Parmi les savoir-faire, on peut citer, sans que cette liste soit limitative :
-  les professions de santé
-  l’enseignement, en particulier de l’anglais.
-  L’électrification rurale (micro hydroélectricité, solaire)

Dans la plupart des autres domaines, parler le népali est indispensable.

Le partenaire local sera de préférence un grande ONG internationale (mais elles ont le plus souvent des critères stricts) ou une ONG française. Travailler directement avec une ONG népalaise est très délicat en termes de communication et de compréhension mutuelle.

Il existe plusieurs agences de placement qui aident au placement de volontaires européens dans des ONG locales. Sans porter de jugement sur l’action de ces organismes, l’attention des éventuels volontaires est attirée sur le fait qu’il s’agit d’entreprises, qui se font rémunérer pour leurs services.

Un certain nombre d’orphelinats népalais, qui n’abritent pas, le plus souvent, que des orphelins, proposent des séjours aux volontaires étrangers. Examinez attentivement les conditions offertes et renseignez vous sur l’organisation et sur le sérieux de son activité.

Les ONG françaises travaillant au Népal peuvent se faire répertorier sur notre site (voir : les associations). L’inclusion d’une ONG sur cette liste s’effectue sur simple demande de sa part, sans contrôle des renseignements donnés : elle n’implique donc aucun agrément ou recommandation. Cette liste est donnée à titre indicatif.

La plupart de ces ONG précisent si elles acceptent des volontaires et fournissent un point de contact : il appartient aux personnes cherchant un partenaire au Népal de prendre contact avec elles et d’examiner les conditions d’un éventuel séjour.

Dernière modification : 02/05/2013

top of the page