Programme de sécurité alimentaire pour le Népal (terminé)

RESUME

Durant la dernière décennie, le Gouvernement français a fourni une aide alimentaire régulière au Gouvernement du Népal. De 1991 à la fin des années 1990, un programme de coopération financé grâce à la contrepartie de l’aide alimentaire française a permis de réaliser, à Panauti (35 km au Sud de Katmandou), la rénovation complète d’une série de monuments religieux et d’édifices historiques ainsi que l’assainissement de la vieille ville par des égouts et la construction de plusieurs écoles. L’équipe en charge des travaux était composée d’artisans qualifiés népalais et de volontaires français du service national. Ce programme a constitué le projet phare de la coopération franco-népalaise durant les années 1990.

JPEG - 44.9 ko
L’Ambassadeur M. Jolivet s’entretient avec M. Ganesh Kumar K.C., Secrétaire général du Ministère de l’agriculture et des coopératives

L’actuel Programme de sécurité alimentaire pour le Népal, qui se termine en mars 2007,a démarré en juillet 2003 par le biais d’une collaboration entre la Coopération française via l’Ambassade de France au Népal, et le Gouvernement népalais. Son objectif principal était de financer des projets de sécurité alimentaire dans des zones rurales reculées du Népal.

Le Programme de sécurité alimentaire pour le Népal a été financé au moyen du fonds de contrepartie de l’aide alimentaire française. En décembre 2003, le Gouvernement français a fourni 8.000 t. de blé tendre au gouvernement du Népal. En 2005, une contribution de 300.000€ a permis d’acheter du riz localement, dans le Téraï excédentaire, qui a été distribué dans les régions en situation de pénurie alimentaire.

Dans le cadre des politiques et stratégies nationales de lutte contre la pauvreté définies par le Gouvernement népalais, l’objectif général du Programme de sécurité alimentaire pour le Népal était d’améliorer de façon durable la sécurité alimentaire pour différents segments de la population népalaise. Afin de réaliser cet objectif général, le programme a été orienté dans trois directions :
1. Le renforcement de la capacité des paysans, de leurs associations et de l’administration locale.
2. L’augmentation de l’offre locale de nourriture.
3. L’amélioration de l’accès aux marchés et des conditions de vie de la population rurale.
Un objectif transversal de gestion des ressources naturelles et de protection de l’environnement a complété ces trois axes.

Le Programme de sécurité alimentaire pour le Népal a soutenu des propositions de projet émanant de trois types d’intervenants : des associations locales, des institutions françaises, et des administrations locales népalaises. Au total, le Programme de sécurité alimentaire pour le Népal a financé 17 projets dans quatre départements du Népal (Kavré, Makwanpur, Mustang, Baitadi), qui ont touché 9.000 foyers vivant dans des zones reculées et souffrant de pénurie alimentaire. 10% de la contrepartie financière ont par ailleurs été alloués à l’aide humanitaire en cas d’urgence dans l’ensemble du Népal (glissements de terrain, inondation, sécheresse, séismes et autres catastrophes naturelles).

Le Programme de sécurité alimentaire pour le Népal s’est terminé sous sa forme actuelle le 15 mars 2007. Une évaluation va en être conduite, puis une nouvelle formule d’aide alimentaire française pour le Népal, dans le prolongement de la Convention de Londres, devra être envisagée en collaboration avec le Programme alimentaire mondial.

DOSSIER COMPLET DU PROJET

Un programme français de trois ans (2003-2006) visant à améliorer la sécurité alimentaire de manière durable.

Le Programme de sécurité alimentaire pour le Népal (FSPN) a été lancé en juillet 2003 conjointement par la Coopération française de l’Ambassade de France au Népal et le Gouvernement de Sa Majesté du Népal (HMGN). Son objectif global était de financer la mise en œuvre des projets de sécurité alimentaire dans les zones rurales et reculées du Népal. Il s’est achevé en 2006.

Le FSPN a été financée par le fonds de contrepartie de l’aide alimentaire française. En Décembre 2003, le Gouvernement français a fourni 8000 T de blé tendre au HMGN. Pour l’année 2005, 300 000 € ont été accordés pour l’achat de riz local puis redistribués dans les zones à déficit alimentaire.

La Nepal Food Corporation (NFC) a été en charge de la vente de l’aide sur le marché local à un prix locaux afin d’être compétitif avec la production locale.
Les fonds provenant des ventes ont été placé dans le fonds de contrepartie pour financer des projets de sécurité alimentaire au niveau local.

ORGANISATION

Le FSPN a été géré par le Comité directeur (CD), coprésidé par le Secrétaire du Ministère de l’Agriculture et de l’Ambassadeur de France au Népal.
L’Unité de Coordination du Programme (UCP) surveillait l’exécution des projets, recueillait et compilait les informations provenant des organes FSPN.
Le Comité non permanent techniques (TC) soutenait le Comité directeur sur les questions techniques particulières.

FSPN et PCU étaient situées dans le ministère de l’Agriculture et Coopératives (MOAC) de bureaux à Singha Durbar, à Katmandou.

PERSONNEL
Le bureau de l’UCP a été composée de 5 personnes à temps plein :
Le Programme Coordinator française : M. Furri, de l’ambassade française,
Le coordonnateur du Programme national : M. Bhatta, du Ministère de l’Agriculture
Le comptable : M. Giri Yubraj
L’adjoint administratif Mlle Maharjan, et un chauffeur.
Des étudiants français en agronomie ont également travaillé pour le programme.

OBJECTIFS

L’objectif global de l’aide alimentaire française au Népal a été défini pour une période de trois ans dans un programme-cadre intitulé "Programme de sécurité alimentaire pour le Népal". Ce document a été approuvé par les deux gouvernements.
Dans le cadre des politiques et des stratégies nationales de réduction de la pauvreté définie par le gouvernement népalais, l’objectif global du Programme de sécurité alimentaire pour le Népal a été d’améliorer de manière durable la sécurité alimentaire des populations népalaises concernées.
Le programme fut basé sur des objectifs spécifiques :
- Renforcer les capacités des agriculteurs, des organisations paysannes et des organisations gouvernementales au niveau local ;
- Augmenter la disponibilité alimentaire au niveau local et améliorer l’accès aux marchés et aux conditions de subsistance des populations rurales.

Un objectif transversal complète ces trois objectifs spécifiques : la gestion des ressources naturelles et la protection de l’environnement.
Le programme a accordé une attention particulière à l’implication et la participation des populations locales afin qu’elles deviennent responsables de leur propre développement.

Le FSPN a soutenu financièrement des projets soumis par trois types d’organisation :
- Les ONG locales
- Les organisations françaises
- les Organismes gouvernementaux au niveau local (DADO - DLSO)

Les agences d’exécution avaient à prouver un minimum d’activités de trois ans pour présenter leur projet et suivaient les directives de fonctionnement de base élaborés par les agences des bailleurs de fonds au Népal.

FONDS D’INTERVENTION

Selon la politique du gouvernement français concernant l’aide alimentaire, il était prévu d’allouer 10% du fonds de contrepartie sur un compte spécial appelé Fonds d’intervention. Le fonds d’intervention a été conçu pour fournir une assistance humanitaire et de secours à la population népalaise en cas d’urgence (glissement de terrain, inondations, sécheresses, séismes et autres catastrophes naturelles) à travers à travers la Nepal Red Cross Society et la division concernée de l’MOAC.

STRATÉGIE

- Le Programme de sécurité alimentaire intégrait dans les questions de sécurité alimentaire l’égalité des sexes, l’amélioration de l’alimentation durable et la sécurité nutritionnelle.
- Les activités du programme ont été planifiées, conçu, réalisé et évalué par un mécanisme participatif.
- Les activités du Programme ont été mis en oeuvre par les agences d’exécution (IA). Il y avait trois types de IA :

  • Les ONG locales
  • Les organisations françaises
  • les Organisations Gouvernement au niveau local (DADO - DLSO)
    - Le Programme de sécurité alimentaire pour le Népal pouvait également soutenir les activités liées au GEED, MOAC, pour aborder les questions de genre liées à la sécurité alimentaire au niveau local.
    - Le cadre logique intégrait une grande partie des enjeux du développement rural et de l’agriculture dans les collines et les montagnes. Par conséquent, il était possible de répondre à la demande exprimée par la population locale ciblée.
    - Les projets sélectionnés adoptaient une approche basée sur les groupes d’agriculteurs comme le recommande le Plan Perspective de l’agriculture. Les Agences d’exécution devraient sélectionner la zone de la poche de production sur la base des besoins réels et l’engagement des groupes d’agriculteurs.
    - les infrastructures physiques liées à l’agriculture étaient développés, tels les centres de collecte, des hangars de marché, les routes de l’agriculture, les systèmes d’irrigation, etc .. avec la participation effective des groupes d’agriculteurs concernés.
    - Le programme cherchait aussi à développer des partenariats avec d’autres donateurs impliqués dans le développement rural. Des partenariats pouvaient prendre la forme d’une contribution ou d’un cofinancement avec d’autres agences de coopération (multi ou bilatéraux).
ZONES

L’insécurité alimentaire au Népal touche préférentiellement les zones rurales dans les collines et les montagnes (et plus particulièrement la partie ouest du pays). En conséquence de ce programme visait à accroître la sécurité alimentaire exclusivement dans ces zones : • Kavre • Mustang • Makwanpur • Baitadi.

FINANCEMENT

- Tout projet contribuant clairement à atteindre au moins l’un des objectifs spécifiques du programme dans une (ou plusieurs) des domaines prioritaires a été admissibles à un financement en vertu du Fonds de contrepartie.
- La demande de financement devait être soumise à l’approbation du Comité directeur (CD) en charge de la gestion du fonds de contrepartie. UCP avec le Comité technique d’analyser la proposition et de soumettre leurs recommandations au SC.
- Une fois le projet approuvé par le Comité directeur, un contrat était signé entre l’agence d’exécution et de l’Unité de Coordination du Programme (UCP).

SUIVI

Planification et rapports d’activités ;
IA préparait un plan de travail annuel et un budget soumis à l’UCP pour l’approbation du Comité directeur et un rapport annuel présentant les activités et le budget de l’année écoulée, ainsi que des rapports trimestre présentant les activités et le budget du dernier trimestre.
l’UCP pouvait réaliser librement des missions d’évaluation et d’audit du projet.

CADRE

Le FSPN a été particulièrement axée sur les zones touchées par l’insécurité alimentaire et plus particulièrement sur la population la plus exposée (ménage des sans-terre, les agriculteurs de caste professionnelles, les petits agriculteurs et les pasteurs, les minorités ethniques ...).

Les ménages les plus pauvres des villages choisis ont été ciblées en priorité après une enquête de ciblage. Pour tous les projets, une attention particulière a été accordée pour associer effectivement les femmes dans les différentes activités.

Le programme a profité à 11.000 ménages, ce qui représente 45 000 personnes.

Les secteurs ciblés ont été sélectionnés par le Comité directeur (CD) en conformité avec les règles de l’éthique FSPN. Tous les projets étaient situés dans les collines et les montagnes et dans les régions rurales.

FSPN a financé 18 projets dans les quatre zones choisies. La répartition des projets entre les différentes organisations permet de compter :
- 8 projets mis en œuvre par les Organisations Non Gouvernementales locales ;
- 7 projets mis en œuvre par des organisations Gouvernementales ;
- 3 projets mis en œuvre par des organismes français tels que les ONG et la recherche du centre, en association avec un partenaire népalais.

BUDGET

- Première année de mise en œuvre 2003-2004
5.506.692 roupies (63 661 €)
31 Kavre%, 44% 0% Makwanpur Mustang fonds d’intervention 0% 4% Autres 21% Unité de Coordination du Programme 0%

- Deuxième année de mise en œuvre 2004-2005
25.402.503 roupies (282 250 €)
Kavre 23%, 29% à 12% Makwanpur Mustang 15% Baitadi fonds d’intervention de 13% 3% Autres, Unité de Coordination du Programme de 5%

- Troisième année de mise en œuvre 2005-2006
39.342.000 roupies (456 500 €)
Kavre 21%, 23% à 12% Makwanpur Mustang financer 23% Baitadi Intervention 11% 3% 4% Autres Unité de Coordination du Programme, budget de 4% non attribués

- TOTAL pour le programme sur trois ans
72.081.507 roupies (833 312 €)

Projets financés

voir la liste de l’article correspondant en anglais.

Dernière modification : 17/01/2012

Haut de page