Déclaration de la présidence au nom de l’Union européenne (5 décembre 2005)

L’UE reconnaît les efforts déployés par les partis politiques au Népal afin de conclure avec les maoïstes un accord qui pourrait être à la base d’un processus de paix dans ce pays. Elle examinera en détail les déclarations faites par les partis politiques et les maoïstes.

L’UE s’est félicitée de l’annonce d’un cessez-le-feu unilatéral en septembre. Parallèlement, elle a aussi demandé instamment aux maoïstes de prendre des mesures concrètes pour mettre une fois pour toutes un terme à l’usage de la violence à des fins politiques. L’accord conclu entre les partis politiques et les maoïstes semble représenter un premier pas dans la bonne direction.

L’UE continue à donner son appui à la transition du mouvement maoïste vers un parti politique classique, mais rappelle que, pour elle, un tel processus doit s’accompagner d’un engagement ferme de sa part de renoncer à la violence, notamment par un désarmement vérifiable. L’UE a invité les maoïstes, dans un premier temps, à prolonger leur cessez-le-feu actuel et à œuvrer en vue de mettre en place les conditions propices à la reprise de pourparlers de paix.

Comme l’a déclaré la troïka en octobre, l’UE demande instamment au roi d’aller au devant des partis politiques afin d’élaborer un programme commun en vue d’un véritable retour à une démocratie multipartite. À cette fin, l’UE lance un appel au roi et au gouvernement du Népal pour qu’ils déclarent une trêve et s’engagent réellement et avec détermination sur la voie d’un règlement négocié du conflit.

L’UE rappelle qu’elle est disposée à apporter son soutien à un processus de paix digne de ce nom.

Dernière modification : 06/12/2005

Haut de page