Informations sur les ONG françaises au Népal.

Introduction

Une part importante des relations franco-népalaises est le fait des ONG. Afin de faire connaître leurs activités, elles ont la possibilité d’apparaître sur ce site, afin de favoriser le bénévolat, le volontariat, et les dons, qu’ils soient privés ou institutionnels.

Les ONG françaises naissent, en règle générale, d’un voyage dans ce pays et de la prise de conscience du contraste entre la gentillesse des habitants du Népal et la pauvreté dans laquelle beaucoup vivent.

Mais il faut noter que l’exercice de la solidarité, à travers une ONG, n’est pas sans écueil, qu’il s’agisse d’effectuer un don ou, plus encore, lorsque vous envisagez de créer une association.

Les conseils ci-dessous visent à souligner d’éventuelles difficultés et à vous prévenir contre les risques de déconvenue.

Aide à l’enfance

Le parrainage d’enfants est la forme de solidarité la plus courante ; elle représente une source de financement stable pour les associations.
L’hébergement et la scolarisation d’un enfant coûte entre 30 et 50 euros par mois.
Il convient de noter que dans certains cas, il s’agit de co-parrainage (un enfant a plusieurs parrains).
Le parrainage représente une lourde responsabilité. Les parrains et les associations doivent donc savoir qu’ils s’engagent sur le long terme vis-à-vis des enfants. Ainsi, la période de l’adolescence peut être l’occasion de difficultés, laissant les parrains sans réponse ; d’autant que la situation économique au Népal n’est pas propice à l’insertion professionnelle des jeunes gens.

S’agissant des "homes" d’enfants, certaines règles doivent être impérativement respectées : conformité avec la législation locale ; respect des droits des enfants par tous les partenaires, français et locaux ; vigilance concernant les visiteurs extérieurs, etc.....

Bénévolat

Le bénévolat constitue une part importante du travail au sein des associations. Mais les bénévoles étrangers ne doivent pas pour autant se substituer aux Népalais qui sont en en mesure d’effectuer nombre de travaux contre rémunération, laquelle peut sembler bien faible certes, mais s’avère fondamentale pour la dignité comme pour la survie économique de leur famille.
Les associations demandent souvent aux personnes désireuses d’apporter leur soutien de posséder des qualifications professionnelles, un savoir-faire, lesquels seront transmis à des personnes sur place afin de garantir la continuité des programmes. Dans de rares cas, sur lesquels nous vous appelons à la prudence, certaines associations demandent aux bénévoles de remettre des fonds pour leur logement et leur nourriture. Il arrive également que certaines ONG proposent des tâches sans grand intérêt, voire tirent profit de la générosité des bénévoles.

Le contrat de volontaire de solidarité internationale a été modifié pour permettre à un plus grand nombre d’associations de proposer une aide à la formation, une indemnité, et une protection sociale aux volontaires. Voir www.legifrance.gouv.fr, JO nr 46 du 24 février 2005 page 3130, texte nr 3, loi nr 2005-159 du 23 février 2005 relative au contrat de volontariat de solidarité internationale.

Recommandations s’agissant des projets de création d’ONG

L’ambassade conseille aux voyageurs désireux d’aider ce pays, à leur retour en France, de s’informer sur le réseau d’ONG et d’organisations internationales déjà actives au Népal. En effet, ce réseau est vaste et les domaines d’activités sont diversifiés. Il devrait donc fournir des réponse aux différents types d’engagement recherchés.

Il n’apparaît pas nécessaire, ni forcément bénéfique, de créer ex-nihilo une nouvelle ONG, notamment en raison des difficultés administratives auxquelles il vous faudra faire face pour obtenir la reconnaissance de l’organisation ; mais également compte tenu du niveau de moyens financiers requis pour que cette action de solidarité soit pérenne.

Autres renseignements

Visas pour le personnel des ONG : consulter le site : http://nepalimmigration.gov.np/

Les possibilités de financement institutionnel peuvent être consultées sur internet. Les critères de financement du Ministère des Affaires Etrangères sont expliqués sur le site www.diplomatie.gouv.fr (rubrique solidarité et développement, le cofinancement des projets des OSI, tome 1 Vade Mecum). Les dossiers de demande de cofinancement doivent être adressés au Ministère des Affaires Etrangères, Direction Générale de la Coopération Internationale et du Développement, Mission pour la Coopération non-gouvernementale, 57, bd des Invalides 75700 Paris 07 SP. Les dossiers peuvent aussi être envoyés à l’ambassade en même temps qu’au ministère. L’enfance est une priorité thématique du ministère. Toutes les informations actualisées sur les autres financements peuvent être consultées sur le site des ONG www.coordinationsud.org.

Les informations contenues dans cette liste d’ONG y figurent à titre d’information et n’engagent pas la responsabilité de l’ambassade.

Dernière modification : 16/02/2017

Haut de page